publicité

À LA PÊCHE AUX BONNES IDÉES

 

BEST, le benchmark des territoriaux à l’échelle européenne

27/05/2014 | par Marjolaine Koch | Toute l'actualité

drapeau_europe ©xavdlp - fotolia

Partager les savoirs de manière informelle entre dirigeants de collectivités français et européens : c’est l’ambition du réseau BEST, né en 2012.

Gouvernance publique locale, mobilité urbaine, gestion de l’eau… les DGS ont rarement l’occasion de discuter de ces sujets à bâtons rompus, de manière informelle, et encore moins avec des homologues européens. Pour leur en donner l’occasion, trois hommes ont mis en commun leurs réseaux puis organisé une première rencontre en septembre 2012.

 

Un effet de miroir déformant

Le DGA finances de la ville de Nantes Thierry Boutoute, Christian Gauffin, consultant franco-suédois spécialiste de la gouvernance territoriale en Europe et Maxim Peter, en charge de la branche Hudson Services publics, sont les instigateurs du réseau BEST-Benchmark européen des services publics territoriaux. Depuis, trois fois par an, les acteurs des grandes collectivités se réunissent.

« C’est un réseau de dirigeants qui veulent échanger et comparer des pratiques dans la gestion des services publics locaux, entre collectivités françaises et européennes » précise Maxim Peter. La formalisation du réseau est restée légère : les rencontres sont organisées par l’une des agglomérations membres et réunissent, en plus des dirigeants de collectivités, des universitaires, des experts, des consultants et dirigeants d’opérateurs publics locaux.

Les rencontres réunissent, en plus des dirigeants de collectivités, des universitaires, des experts, des consultants et dirigeants d’opérateurs publics locaux.

L’ambition n’est pas de remplir des salles de conférences, mais plutôt de se retrouver autour d’une table, de soulever une problématique, de partager les points de vue et les solutions envisagées par chacun. Puis, pour obtenir un autre éclairage, inviter un intervenant européen à présenter la situation dans son pays ou dans sa ville.

« Cette approche apporte une distanciation avec les sujets tels qu’on les aborde en France » estime Vincent Bonnafoux, DGA de la ville et de la communauté urbaine de Strasbourg, qui n’a manqué aucun rendez-vous. « Cela permet de se poser parfois de saines questions par effet de miroir déformant » et ainsi de stimuler les participants pour trouver une réponse innovante et adaptée au mieux à la situation rencontrée dans leur collectivité (voir encadré « Les holdings à la française »).

 

Diversité et liberté de parole

La gouvernance publique locale, la recherche de la performance du service public, l’analyse comparée des modes de gestion de l’eau et de l’assainissement, les baromètres métropolitains et le référentiel européen de la ville durable, les péages urbains, le rôle des cadres dans les grandes collectivités territoriales, le pilotage et le suivi des satellites sont autant d’exemples de sujets abordés lors de ces rencontres. La matière étant abondante, il a été décidé de consacrer désormais chaque rencontre à un seul thème, afin de pouvoir mieux l’approfondir.

Les questions pratiques ont tout autant leur place que les débats sur la gouvernance.

La démarche du groupe se peaufine mais tous les participants reconnaissent une qualité à ce réseau, présente dès ses débuts : ils louent la liberté de parole qu’offre cet espace, où les questions pratiques ont tout autant leur place que les débats sur la gouvernance. « BEST est l’un des rares lieux où les grandes métropoles françaises peuvent échanger sur les stratégies de territoire ou les stratégies institutionnelles » estime Bertrand Uguen, DGS de Brest Métropole Océane et responsable délégué national du réseau BEST.

Pour partager leurs échanges, un site internet a été ouvert (1), où l’on trouve les présentations des intervenants, ainsi qu’un dossier complet faisant le bilan des trois premières rencontres. Après Strasbourg, Nantes, Grenoble et Montpellier, les organisateurs espèrent parvenir à organiser un atelier de benchmark dans une ville européenne d’ici la fin de l’année.

 

 

Les holdings à la française : Bertrand Uguen, Directeur général des services de Brest Métropole Océane et responsable délégué national du réseau BEST
Intéressé de longue date par le thème du pilotage et du suivi des satellites, Bertrand Uguen a profité de ces rencontres pour approfondir le sujet avec des intervenants européens. L’intervention de la ville de Stockholm a notamment retenu son attention, assez pour qu’il organise un déplacement en Suède ce printemps avec des collaborateurs de sa collectivité. « Nous avons pu prolonger le travail amorcé lors des rencontres, où l’on abordait la notion de holding de sociétés publiques. Historiquement, l’organisation du service public suédois est différente, d’autant plus que leurs sociétés publiques locales sont regroupées en holding, ce qui est interdit en France. Il restait toutefois intéressant d’étudier leurs méthodes, pour déterminer comment garder une stratégie coordonnée entre les satellites et la collectivité. » Quelques semaines après leur retour à Brest, une charte de gouvernance partagée circule déjà dans les différents conseils d’administration des sociétés publiques et d’économie mixte. « Cette charte met la métropole en situation de holding stratégique » précise Bertrand Uguen, satisfait d’avoir pu concevoir une solution sur mesure pour sa collectivité, en partie grâce à ces deux jours de travail en Suède.

 

 

Des exemples européens
Bien que les règles soient différentes hors de nos frontières, il est intéressant d’étudier le mode de fonctionnement de nos voisins européens. Voici quelques exemples de thèmes abordés par les intervenants étrangers ayant participé aux rencontres BEST.

Intervenants Thèmes
• Rainer Plassmann, directeur du personnel et des politiques des services publics locaux de la holding de Cologne, Stadtwerke Köln Choix et évaluation des modes de gestion des services publics locaux : l’organisation de la ville de Cologne
• Carlos Rodriguez-Ferrer, secrétaire général de la Fédération des entreprises publiques locales espagnoles  Analyse comparée de modes de gestions différents de l’eau et l’assainissement : a présenté les entreprises publiques locales de l’eau en Espagne
• Gunnar Söderholm, directeur du service de l’environnement de la ville de Stockholm  Démarches de prospective territoriale, a présenté le projet « Stockholm, vision 2030 pour une croissance et un développement durable ». Le système de péage urbain de Stockholm de type « taxe de congestion »
 • Luisella Nigra, chef du service Gestion de la mobilité urbaine, et Stefano Cianchini, expert en circulation urbaine, service Planification de la mobilité urbaine de la ville de Turin.  Démarches de prospective territoriale : le plan de mobilité urbaine de la ville de Turin et sa zone à circulation limitée (ZLT)
 • Dr Kai Masser, chargé de recherche principal à l’Institut allemand de recherche sur l’administration publique Speyer  Le rôle des cadres dans les grandes collectivités territoriales (comparaison entre la France et l’Allemagne) : le système fédéral de l’administration allemande du niveau national au niveau communal ; formation, affectation et carrière des dirigeants et des cadres des collectivités territoriales allemandes.
Le pilotage et le suivi des satellites : présentation des « satellites de la ville de Worms et de celle de Speyer

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité