publicité

ALLIANCES

 

Communes-intercos : le difficile exercice du partage des compétences

31/12/2019 | par Domitien Détrie | Toute l'actualité

DOSS_OUV_GettyImages-647269053

Même après les lois Maptam et Notre, des modes de gouvernances basés sur le partage et l’association des élus municipaux aux grandes et petites décisions permettent de créer de la confiance réciproque.

L’intercommunalité priverait les communes de leviers d’action publique et éloignerait la décision du citoyen, notamment sur des sujets relevant de la grande proximité. Ce sentiment trouve, et ce n’est pas si étonnant, une véritable caisse de résonance à l’approche des élections municipales et sénatoriales. La critique est parfois exprimée de façon caricaturale, mais il serait malvenu de la balayer d’un revers de main. Une réflexion posée sur l’exercice des compétences de proximité au sein du bloc communal est indispensable.

 

Guichet unique et proximité

Quel que soit le niveau de gestion des compétences, force est de constater que seule la figure du maire est parlante pour le citoyen. Elle incarne une présence politique généraliste de proximité « à portée d’engueulade » qui rassure. Diminuer la conflictualité au sein du bloc communal suppose sans doute de prendre acte de cet état de fait et d’en tirer les conséquences organisationnelles. La première serait de confier l’animation de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité