publicité

ÉPHÉMÉRIDE

Abonné

 

Contrat de projet FPT : cheval de Troie d’une nouvelle forme de précarité ?

26/11/2019 | par Séverine Cattiaux | RH

533-prosp-bertrand ©Frédérique Bertrand

Emblématique et controversé, le contrat de projet, sorte de CDD à un coup, débarque en 2020 dans les collectivités. À la veille de la sortie des décrets d’application, l’accueil est plutôt bon chez les DRH, alors que les syndicats font grise mine. Les uns et les autres pointent les écueils.

Projet de crèche, école à construire, centre aqualudique, requalification d’un quartier, services à fusionner, audit à mener, événementiel, nouveau management à mettre en place, système de tri sélectif à tester, agenda 21, projet européen, contournement autoroutier, etc. Et qui pour remplir toutes ces missions dans la fonction publique territoriale en 2020 ? Des « contrats de projet », répondent les différents responsables de collectivités, quand on les interroge. Mis bout à bout, cela commence à représenter un bon nombre d’agents susceptibles d’occuper dans les années à venir, un contrat précaire.

 

« Mettre fin à une certaine hypocrisie »

Le contrat de projet, c’est l’une des nouveautés de la loi de la transformation de la fonction publique qui ne laisse pas de marbre. Fustigé par les syndicats, qui y voient un coup du couteau au statut, le nouveau contrat est perçu d’un très bon œil par nombre de DRH. Car, par l’entremise de l’article 17 de la loi 6 août 2019, les collectivités ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité