publicité

PAS ENCORE MORTS

 

Départements : la voie de la coopération

22/11/2019 | par Denis Courtois | Toute l'actualité

Old bridge over between two big rocks ©Orlando Florin Rosu - Adobestock

Soutenus par l'ADF, ils sont de plus en plus nombreux les départements envisageant la mise en commun de leurs moyens : ils veulent ainsi maintenir un service public de qualité tout en libérant leur potentiel de développement. Question de survie...

Après l’Alsace (en fusion), les Hauts-de-Seine et les Yvelines dont les coopérations se développent depuis de nombreuses années, d’autres départements se mettent à réfléchir et à mettre en œuvre des actions communes.

 

Trente pistes de collaboration

Le président de l’Assemblée des départements de France (ADF), qui semble soutenir ces initiatives, était ainsi présent le 24 octobre dernier à une réunion commune entre la Loire et la Haute-Loire pour la signature d’un document commun : « trente pistes de collaboration déjà définies », dont certaines ont déjà démarré. Elles concernent des secteurs très variés : tourisme, culture et milieux naturels, sports (organisation commune du premier Swimrun en juin), agriculture, enfance, collèges, routes (coordination pour la viabilité hivernale, gestion des chaussées et ouvrages), action sociale, autonomie…

 

« Chaque fois qu’on pourra avoir quelque chose de mutualisé qui marchera mieux qu’en le faisant chacun de son côté, on le fera »

 

« Chaque fois qu’on pourra avoir quelque chose de mutualisé qui marchera mieux qu’en le faisant chacun de son côté, on le fera », a annoncé Georges Ziegler, président de la Loire. Commencé en 2017, le processus s’est accéléré avec la réalisation d’un portrait croisé de ces deux territoires par un cabinet de conseil. Ont suivi des réunions thématiques mêlant élus et agents, puis un séminaire interdépartemental en juillet au Puy-en-Velay.

 

Un contrepoids à une menace réelle

« Grâce à ce rapprochement, nous allons démontrer qu’on peut réaliser des économies d’échelle, libérer un potentiel de développement et d’investissement plus important et ceci en maintenant des services de qualité, des services humains, avec des agents qui sont à la portée de la population et qui dialoguent avec elle autrement qu’à travers un formulaire » poursuivait ce président.

 

Nous allons démontrer qu’on peut réaliser des économies d’échelle en maintenant des services de qualité

 

Et de préciser qu’il s’agit d’« un vrai contrepoids à une menace bien réelle ». À savoir des choix faits en Haut-Lieu et qui pourraient « aboutir à une disparition des départements ou à ne les considérer que comme des exécutants d’une politique uniformisée, élaborée par des cabinets et des élus hors-sol ». D’autres exemples plus modestes, peut-être, devraient suivre dans les Alpes et dans les Charentes, où les deux offices de tourisme viennent de fusionner. De là à en conclure que la « menace » paie… !

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité