publicité

LET IT GO

Abonné

 

Un foyer de vie se convertit à l’entreprise libérée

06/11/2019 | par Eric Delon | Innovation

versailles-bonheur-AdobeStock_295879933 ©deagreez - adobestock

Étape par étape, comment la Maison d’Eole, qui accueille des adultes handicapés, a « libéré » son administration. Gestion des plannings, recrutement, coordination… les salariés, dont de nombreux éducateurs, ont peu à peu pris en mains de nombreux aspects de l’organisation quotidienne.

Luc Lafond, directeur d’un d’accueil pour personnes handicapées du centre communal d’action social (CCAS) de la ville de Versailles a lancé une démarche de « libération » du management de sa structure. Née d’une formation-réflexion consacrée à la « bien-traitance », la démarche a irrigué pour concerner les 30 salariés du foyer à partir d’un principe simple : « ce sont ceux qui font qui savent ».

 

Lire la première partie de cet article : « Ce sont ceux qui font qui savent », ou quand un foyer d’accueil se « libère »

 

Quand les éducateurs recrutent

Quelles ont été les étapes de cette « libération » ? La première application pratique de la démarche a consisté à confier aux membres de l’équipe éducative et aux agents de service l’élaboration des plannings. «Bien entendu, il est impossible de satisfaire tout le monde. Au début, des récriminations me sont remontées. Mais au fur et à mesure, le sentiment de n’être pas pris en compte a disparu puisque c’est entre ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité