publicité

SOYEZ PRÉVOYANTS !

Abonné

 

Gemapi : pourquoi les retardataires boiront la tasse

16/06/2016 | par Eric Landot | Toute l'actualité

parapluie_gemapi ©BrianAJackson - istock

Les grands travaux de la nouvelle gestion de la compétence eaux sont lancés. De 2018 à 2020, tous les cycles d’eau (eau potable, assainissement, gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) vont être réunis sous la compétence des EPCI à fiscalité propre. Un chantier auquel il faut s’attaquer de toute urgence.

Article publié le 25/03/2106

La France fourmille d’acteurs dans les deux cycles de l’eau : le petit (eau potable et assainissement) et le grand (intitulé depuis 2014 « Gemapi » : gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations). Syndicats de rivières, institutions départementales variées, associations syndicales autorisées, structures en charge des schémas et des schémas directeurs en matière de gestion des eaux

2018-2020 sera la période de la grande réunification de ces deux cycles de l’eau entre les mains des EPCI à fiscalité propre : 2018 pour la Gemapi, 2020 pour les petits cycles de l’eau. Au plus tard, avec possibilité de devancer l’appel. Des communautés et autres métropoles auront, entre-temps, bien souvent été fusionnées au terme de procédures ad hoc. Les enjeux environnementaux, fonciers et financiers de ces compétences seront, évidemment, majeurs.

Chacun a donc deux ans pour se préparer… croit-on. En réalité, dans ce domaine très délicat, c’est ces mois-ci ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité