THAT IS THE QUESTION

 

Investir or not investir ? : Le temps de la désillusion

28/01/2015 | par Rémi Teillet, Stéphane Menu | Dossier finance

truelle © FabioFilzi -istock

Ils ne s’y attendaient pas, mais les nouveaux maires risquent bien de devoir se contenter de gérer la pénurie. Entre baisses des subventions et incertitudes institutionnelles, l’heure n’est plus aux dépenses excessives. Pourtant, arrêter d’investir serait une erreur majeure.

Neuf mois après les échéances électorales de mars dernier, le mandat s’est ouvert sous un ciel chargé pour de nombreux élus, qu’ils soient nouveaux ou reconduits. 
Galvanisés par leur campagne électorale (et une victoire parfois inattendue), programmes bardés d’investissements structurants (il y en a toujours à réaliser), c’est parti pour la conduite des projets ! Ah oui mais, peut-être pas cette fois…

 

Du mandat de projets au mandat de gestion

Inutile de revenir sur le contexte, pour faire simple, l’heure n’est pas à l’euphorie. La crise financière devenue économique se transforme en crise de nerfs pour les élus locaux, glaçant leur enthousiasme. Le mandat de projets tant attendu se transforme en mandat de gestion. Vous avez dit moins excitant ! Comme si ce n’était pas suffisant au regard d’un fardeau financier déjà bien lourd, le législateur  enfonce doublement le clou. En ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?